CLARA OU LA PÉNOMBRE

Publié le par lisette


« Le beau n’est que le commencement du terrible »
RILKE


L’adolescente est nue sur un podium. Le ventre lisse et l’ellipse sombre du nombril se trouvent à hauteur de notre regard. Elle a le visage incliné, les yeux baissés, une main devant le pubis, l’autre sur la hanche, les genoux rapprochés et légèrement fléchis. Elle est peinte en terre de Sienne naturelle et ocre. Des ombres de Sienne foncée soulignent les seins et épousent l’aîne et la fente. Nous ne devrions pas dire « fente » parce que nous parlons d’une œuvre d’art, mais à la voir aucun autre terme ne nous vient à l’esprit. C’est une infime ouverture verticale sans trace de duvet. Nous faisons le tour du podium et contemplons la silhouette de dos. Les fesses brunies reflètent des grappes de lumière. Si on recule, son anatomie semble plus innocente. De petites fleurs blanches lui tapissent les cheveux. Il y a d’autres fleurs à ses pieds, une flaque de lait. Même à cette distance, nous percevons toujours l’odeur si particulière qu’elle dégage, semblable à celle d’une forêt parfumée par la pluie.
Un panneau indique le titre « Défloration »…

Début du premier chapitre de CLARA ET LA PÉNOMBRE de José Carlos SOMOZA

Publié dans LIVRES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yves Lafont 25/09/2007 12:32

Bonjour Lise,Ta planète magnifique et d'une grande richesse culturelle !Son orbite en croise d'autres au gré des vents cosmiques, et aujourd'hui c'est la mienne qui me permet de me poser quelques instants chez toi.Amitiés sincères à toi et merci beaucoup de ton passageYVES

lisette 25/09/2007 18:11

Oh merci Yves, je devrais sortir plus souvent de ma coquille, je croisAmitiés

Cactus photographe à mateurs 24/09/2007 15:13

là je me sens nu comme tes vers , brusquement !c'est trop bon la preuve , Jean rougit !

lisette 25/09/2007 18:09

Il y a de quoi ! et pourtant c'est si délicatement ditAmitiés Cactus

sieglind la dragonne 24/09/2007 13:08

j'aime bien le style ! Surtout que je ne connaissais pas du tout ! Merci pour cette découverte et bises pour la peine !

lisette 25/09/2007 18:08

C'est un livre très étrange, recommandé par Arthémisia, il commence dans l'étrangeté et la poésie, mais se termine en roman policier. A lire....

bero 22/09/2007 14:23

le titre correspond bien avec la description .si je peut me permettre , puisque vous n'avez pas trouvé d'autre terme que fente , j'aurais peut-être mis issue ou ouverture , mais c'était juste une petite parenthèse.bisousbero

lisette 25/09/2007 18:07

Béro, il faut tout lire, c'est une citation, je ne dois et ne désire rien y changerAmitiés

arthémisia 21/09/2007 18:51

Le corps oeuvre d'Art, cela est un sujet courant . Mais Somoza nous propose ici un nouveau regard sur le corps objet d'Art, un regard où il mèle la beauté, et l'extraordinaire, la recherche d'une l'esthétique parfaite, et une terreur sous jacente. Ce livre est bien plus qu'un roman : c'est une interrogation. Bravo pour ton choix littéraire, Lise!bisesarthi

lisette 21/09/2007 19:18

Tout d'abord, il est d'une écriture très poétique, qui adoucit l'étonnement et la crainte qui arrivent à pas de loup.On s'interroge (comme tu dis) sur le sens de ces oeuvres, complètement déshumanisées, et , dociles esclaves, vivant cet état de dépendance et de souffrance avec une certaine volupté........On pense aussi à la dépendance dans laquelle peuvent vivre certains, attendant tout de l'autre, conjoint(e) ou patron, évitant de penser.....