POÈME

Publié le par lisette



Des yeux faits pour avaler le monde

Les souvenirs fabriquaient du silence
des paysages de vie terminées

où des mots anciens ricochaient sur des murs
flottant comme des fantômes tout proches

un sourire tapi au fond de la voix
Alors à ce moment-là on se retourne toujours

mais ce n'est que pour s'apercevoie
que les yeux qui habitaient ce sourire me hantent

plus aujourd'hui ce décor de papier
qu'ils regardent au dessus de nos épaules
vers une autre histoire

Et tandis que l'on attend toujours en vain
on comprend que l'abandon de ces paysages modernes

n'est rien d'autre que le relief de notre propre solitude

Melania Avanzato



(ce pourait être moi.... Lise)

Publié dans POÉSIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mahina 01/06/2008 17:24

"le relief de notre propre solitude"... quelques mots si forts mais pourraient s'appliquer.... à moi aussi....... Bisous pour toi, Lisette

lisette 01/06/2008 17:40


Nous sommes parfois soeurs de tristesse