LE MAÎTRE

Publié le par lisette

Lu dans L'ILLUSTRATION du 31 Mai 1930



 LE MAÎTRE

Le livre est de Marcel Prévost. Voici le début de la critique qu'en fait Albéric Cahuet.

"Bon maître ou mauvais maître, l'homme dans le couple en est théoriquement le maître. Mais la femme a si bien accommodé à sa fantaisie les lois des sociétés, de la tradition, des religions et même de la nature, que le maître pour elle, depuis longtemps, depuis toujours peut-être, est non point celui qu'elle subit mais celui qu'elle choisit.
La question dès qu'elle se pose dans son humanité brûlante, passe du domaine de la vérité organique ou sociale désuète, dans celui de la dilection passionnelle mouvante et qui fait l'actualité romanesque.
On ne dit plus le maîtrer de la femme, c'est l'homme. Il faut dire quel est le type d'homme que la femme accepte le plus volontiers pour son maître ?"

1930... rappelez vous.
....Donc on accorde à la femme le droit de choisir, celui qui de toute façon sera toujours le maître....
Eh bien, disons-nous avec soulagement, que nous avons fait chemin....
maintenant la femme choisit son compagnon, ou sa compagne, ou la liberté...
sa liberté de changer, de s'offrir à plusieurs quand ses désirs ne sont pas satisfaits, et non seulement son style de vie, mais aussi son besoin de tendresse et d'Amour.



Publié dans CITATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bernadette ( bero ) 27/06/2008 20:00

re coucou , c'est vrai que c'est quand même mieux que le droit de cuissage ..................mais disons quand même que je pense que la femme a été un peu trop vite . elle a le droit de travailler , c'est bien , mais , j'ai travaillé pendant 15 ans , et bien je me dis 15 ans de perdus pour la vie de famille . Et , toujours de mes idées , si les femmes restaient au foyer sans être esclave ( c'est à dire reconnuent en tant que travailleuses pour élever ses enfants ), est ce que celà ne donnerait pas du travail aux hommes chômeurs ? est ce qu'il n'y aurait pas moins de délinquants ? est ce que les enfants n'apprendraient-ils pas la vraie vie ? est ce que les petits pots ne seraient-ils pas remplacés par de la bonne nourriture faite maison ? quand les femmes étaient au foyer , on ne parlait pas de problèmes d'obésité .et j'en loupe ..............bisousbernadettePS : quand je me suis arrêté de travailler à l'hosto , tout était toujours prêt , j'ai pu m'occuper de mes enfants correctement (je l'espère )ils ont un métier et ne sont pas au chômage .à l'époque ils avaient 9 , 13 , 15 ans .maman était là !

lisette 30/06/2008 09:56


Moi qui suis une indépendante, je n'admets que l'on donne à la femme une place inférieure.
Tu as raison on peut s'épanouit en élevant ses enfants, à condition que l'on soit cosidérée comme l'égale du mari
Bises


sieglind la dragonne 20/06/2008 09:58

Ni dieu ni maître aurait pu être ma devise si je n'avais trouvé mon dragon hé, hé... Pas lu ce bouquin, je note !Bises Lisette

lisette 21/06/2008 15:24


Mais tu l'as trouvé.... et je suis sûre qu'il ne sera jamais ni ton maître, ni ton dieu,....mais ton compagnon