CONTRE UN ARBRE PENCHÉ

Publié le par lisette





contre un arbre penché
un vieil homme s’appuyait
et je ne saurais définir
qui de l’arbre ou de l’homme
s’écroulerait le premier

à l’ombre de l’arbre
dans la lumière mourante
s’appuyait un vieil homme

dans l’ombre naissante
le vieil homme
                        maintenant
                                           s’écroulait

penché lentement il glissait
l’écorce s’agrippait à lui
le vieil homme luttait
mais déjà le bruit s’éteignait
dans le silence naissant
             la mort pleurait
                                      maintenant

ce n’était plus un doute mais une certitude
la sève s’épanchait et le sang s’écoulait
l’un et l’autre en un filet qui suivait son chemin

sereinement à travers la verdure luxuriante
le petit filet certes ne deviendrait point fleuve

dans la douleur maintenant l’arbre et l’homme
ne faisaient plus qu’un

torturé il s’écroulait lentement tournant sur lui-même
comme si une dernière fois il voulait contempler le monde

l’écorce craquait tant elle était ridée
la douleur déformait  la douleur déchirait
craquement ou cri on ne saurait jamais

et la souffrance lentement s’apaisait dans la mort mûrissante
tout était lisse mais bleu d’angoisse

Publié dans POÉSIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Azalaïs 28/01/2008 23:43

moi j'aimerais bien devenir un arbre quand je mourrais , mais c'est bien vu cette similitude entre les personnes âgées et les arbres! on a souvent l'impression qu'ils attendent et se transforment lentement en quelque chose d'indéfinissable qui oscille entre l'humain et le végétal !Il y a une consigne d'écriture en ce moment sur les blog d'écriture ludique avec une photo noir et blanc d'un homme qui attend sur un banc!

lisette 30/01/2008 18:31

Certains trouvent de la force en entourant un arbre de leur bras. Pourquoi pas.?J'irais voir cette consigneAmicalement

Mahina 27/01/2008 18:43

l'arbre et l'homme se soutiennent mutuellement, quand l'un penche, l'autre le suit...

lisette 28/01/2008 14:39

Ils so nt liés et vivent le même drameMerci de ton passage.Bises

enriqueta 27/01/2008 12:31

Ton blog est magnifique.J'aime beaucoup ce poème et particulièrement :"ce n’était plus un doute mais une certitudela sève s’épanchait et le sang s’écoulaitl’un et l’autre en un filet qui suivait son chemin"J'emporte sur le blog des équipières.

lisette 28/01/2008 14:33

Merci Enriqueta... j'ai peu de lecteurs,, mais je continue mon petit cheminEt Merci pour les équipières

sieglind la dragonne 03/01/2008 14:19

La mort par empathie d'un humain et de son essence végétale... pas mal... bien aimé l'image que ça évoquait... Bises Lisette

lisette 04/01/2008 11:50

Merci Dragonne, j'aime tes passages plein d'écoute et d'amitiébises